Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

Vues de Budapest - Hongrie

Faire découvrir, faire comprendre, faire aimer la Hongrie et Budapest

« Les gars de la rue Paul » par Molnár Ferenc

com

 

 

 

les-gars-de-la-rue-paul-ferenc-molnar.jpg

 

Dernière édition française

 

     Nemecsek, Richter, Kolucsy et Weis jouaient aux billes dans le jardin du Musée national quand les deux Pásztor sont venus et ils ont pris leurs billes.

      Le petit blond, Nemcsek marchait entre les tas de bois, quand il a rencontré le chef de ses ennemis, Ats Feri, et a écouté ce qu'il a dit. Il a ensuite tout raconté à ses amis.


      Le lendemain Borka (le chef), Csánkos et Nemcsek sont allés au Füvèskert, le quartier général de leurs ennemis et ils ont mis un bout de papier :  « Les gars de la rue Paul ont été ici ! ». Après Nemcsek est tombé dans un lac et ils ont vu Gerèb – un des leurs – avec leurs ennemis.


    Le lendemain Nemcsek est allé espionner les plans des ennemis et quand ils l'ont aperçu, ils l'ont jeté dans un lac ce qui l'a rendu encore plus malade.

      Le lendemain le professeur Rúcz a dissous le « Gitteegyelet ». Bóza a mis un manifeste sur la porte du « Grund » (= leur terrain vague) et après ça ils ont fait leurs plans de sa défense.

Le jour d'après, avec les « Chemises Rouges » les règles de la guerre ont été décidé. Nemcsek a été si malade que quelques jours après il est mort parce qu'il a fait pleins de choses pour le « Grund » et pour ses amis. Grâce à lui ils ont gagné la guerre. Le jour après la mort de Nemcsek, Bóza a su qu'une grande maison va être construire sur le « Grund ».

 

Szabolcs Stock, 12 ans


 

les-gars-de-la-rue-paul-statue.jpg

 

Statues représentant la célèbre partie de billes à Budapest

Présentation de l'éditeur

Le terrain vague de la rue Paul est bien plus qu'un bout de terre pour la bande de Jean Boka. C'est son terrain de jeu et de liberté ! Seulement la bande rivale, les Chemises Rouges, le convoite aussi... Une guerre en règle s'annonce alors ! Entre trahisons et plans de batailles, le combat s'annonce difficile... et les plus courageux ne seront pas forcément ceux auxquels on s'attendait.

 

 

les-gars-de-la-rue-paul-timbre-hongrois.jpg

 

Timbre à l'effigie de la "guerre des boutons" locale

Biographie de l'auteur

Ferenc Molnar, de son vrai nom Ferenc Neumann, est né à Budapest en 1878. Il devint célèbre à trente ans grâce à ses pièces de théâtre et à ses romans, en Hongrie comme à l'étranger. Il quitta son pays avant la Seconde Guerre mondiale pour se réfugier en Italie, puis aux Etats-Unis, où il mourut, à New York, en 1952.

Print
Repost

Commenter cet article

PatiVore 17/08/2017 17:35

Un classique de la littérature hongroise ! Je note cet auteur, merci !

Michaël Lefebvre 17/08/2017 21:07

Je te le conseille chaudement!

Marcelle 04/08/2017 10:21

c'est un gentil petit livre que je recommande aux jeunes et moins jeunes

Catherine 24/10/2011 23:08


Encore un roman hongrois que je ne connaissais pas ; je l'ai noté ; merci Michaël et bonne semaine !


Michaël Lefebvre 25/10/2011 00:00



Là on touche au Grand Classique hongrois (avec des majuscules)!!
Bonne semaine à toi aussi!!



Szirják Bianka 17/10/2011 21:18


Je pense que quelqu'un qui peut le finir sans larmes n'a pas de coeur!!


Michaël Lefebvre 26/07/2013 14:15



Je suis d'accord avec toi Bianka



Szirják Bianka 16/10/2011 20:14


Encore félicitations á Szabi! C'est un tres beau roman, et aussi tres émouvant!


Michaël Lefebvre 17/10/2011 00:47



Oui très émouvant, je l'ai fini en versant une grosse larme!